Quelle chape choisir ?

quellechappe_illu

Aujourd’hui on entend fréquemment parler de 1 types de chapes :

>La CHAPE FLUIDE ou BÉTON D’ENROBAGE LIQUIDE, qui est  la dénomination utilisée pour d’autres chapes à base de ciment ou d’anhydrite, conformes à la RT2012.

Le critère de choix sera donc

LA FLUIDITE logo_fluide



La fluidité doit être maximale pour assurer un parfait enrobage des tuyaux du plancher chauffant sans air, et le respect de la RT 2012.
Le parfait enrobage, la très faible teneur en air et la faible épaisseur permettent de conduire parfaitement la chaleur et donc une montée en température très rapide.

chape_fluide

 

< Chape fluide

 

 

>   Les chapes et béton  PROTEC-BETON répondent à cette exigence et même au-delà.

Le choix à faire concernant le matériau d’enrobage des tuyaux  de votre plancher chauffant se limitera donc à 2 possibilités :

– une chape fluide à base d’anhydrite, appelée aussi chape plâtre ou sulfate de calcium type RADDIFLUID (+ d’infos)

– un béton d’enrobage liquide de type CIMFLUIDE (+ d’infos)

BETON D’ENROBAGE LIQUIDE

 

– Séchage très rapide

– Carrelable après 21 jours pour plancher chauffant

– Carrelable après 15 jours sans plancher chauffant

– Parquet et PVC possible après 15 jours (nous consulter)

– Non sensible à l’eau, idéal pour les planchers  rafraîchissants (aucun risque en cas de point de rosée)

– Sans joint jusqu’à 40 m² pour le béton CIMFLUIDE

– Matériau minéral, non recyclé

CHAPE FLUIDE ANHYDRITE

 

– Séchage très long

– Recouvrement après 6 à 12 semaines, voir plus *  quel que soit le revêtement de sol

– Sensible à l’eau, ne convient pas dans les locaux humides avec syphon (buanderie, caves, mauvaise ventilation,…)

– Sans joint jusqu’à 300 m²

– Matériau issu principalement de matériaux recyclés (cliquez ici)

 

* En cas de chape non suffisamment séchée, il y a risque de décollement du carrelage, et de désagrégation du matériau notamment pour les planchers rafraichissants. Le chapiste ne peut en aucun cas être tenu pour responsableen cas de pose réalisée par un non-professionnel.


LA DIFFUSION DE LA CHALEUR : un critère important

Le plancher chauffant est le système de diffusion et d’émission de la chaleur vous assurant le plus grand bien-être et un confort inégalable. Pour atteindre ce niveau de confort, on recherchera donc une chape qui restitue la chaleur au plus vite.

Seules les chapes à coefficients thermiques ultra-performants vous permettront d’augmenter considérablement les performances d’émission de chaleur, et de réduire les coûts de chauffage.

Nos produits CIMFLUIDE et RADDIFLUID possèdent des coefficients thermiques près de 2 fois plus performants que ceux exigés parla RT 2012 (Lambda > 1,2 W/m.K) (cliquez ici)

Performances de nos  produits

> CIMFLUIDE : 2,3 W/m.K

> RADDIFLUID T : 2,6 W/m.K (selon rapport d’essai du CSTB)

quellechape1


Autre critère déterminant : LE SÉCHAGE

Après le temps de séchage réglementaire, il reste toujours un peu d’HUMIDITE RESIDUELLE. Chape type de chape doit respecter un taux d’humidité maximum avant la pose du revêtement.

Toutes le chapes anhydrite ont des contraintes de séchage importantes, contrairement aux chapes à base de ciment.
En cas d’excès d’humidité dans une chape anhydrite, cette dernière subira un gonflement et provoquera un décollement du sol.
Aucun recours contre le chapiste ne sera possible si vous avez posé vous-mêmes le revêtement de sol.
Le risque est important pour les parquets, PVC et moindre pour les carrelages.

Les bétons d’enrobage liquide ou chapes à base de ciment ne sont absolument pas sensibles à une teneur d’humidité restante (utilisées en cuisine, piscine…)  respectant des valeurs indiquées dans le tableau ci-dessous :
Une chape ciment CIMFLUIDE présentera beaucoup moins de risque qu’une chape anhydrite. Une garantie supplémentaire !

ATTENTION !! La pose du revêtement sur une CHAPE NON-SÈCHE peut avoir de GRAVES CONSÉQUENCES : décollement du revêtement, dégradation de la chape, …

Les temps de séchages indiqués ci-dessous ne sont que des indications des meilleurs délais envisageables. Ils dépendent entre autres de la saison, des conditions météo, de la ventilation de la pièce, du ponçage après coulage,… Il faudra donc s’assurer du parfait sèchage de la chape et demander un test d’humidité, garant du bon séchage de la chape, avant de poser votre revêtement de sol.

Tableau des taux d’humidité résiduelle maximum recommandés

et respectés par nos chapes, dans des conditions de pose optimales*

tableau_quellechape

* Bonne aération, température +/- 20°, ponçage après le coulage et mise en chauffe réalisés dans les délais + utilisation de colles à carreler permettant un collage avec un taux d’humidité de 4% (BASF PCI, MAPEI ,…), contrairement à d’autres fabricants imposant 2,5 % .

> Compte tenu des délais de constructions attendus par les maîtres d’ouvrage toujours plus courts, la mise en œuvre de chapes anhydrites constitue un risque non négligeable en raison de leurs délais de séchage très longs, et des risques liés à la subsistance d’un taux d’humidité trop élevé. Pour ces raisons, les bétons d’enrobage liquide ou chape à base de ciment ont la préférence des professionnels de la construction.

 

… ET POUR UN PLANCHER NON CHAUFFANT ?

Le critère de la fluidité est moins important, n’ayant pas de tuyaux de chauffage à enrober. Cependant le critère du séchage et de ses délais fait tout de même donner la préférence aux produits à base de ciment.

Le bas coût d’une chape anhydride si le séchage n’est pas une contrainte donnera un avantage à la chape anhydride